Sogno e Castigo
Sogno e Castigo
Les couvertures du livre "Sogno e Castigo"
Copyright: © Les Editions du Tripadour
Récit

Premier recueil de Poésie du Tripadour fut un livre bilingue: Songo e Castigo [1]. Ceci tout seul démontre l'importance de l'ouverture culturelle promue par la Charte Éditoriale de la maison, ainsi que la place de l'Italie, sa culture et la communauté italienne vivant à Paris. La préface de Dacia Maraini fut un événement pour Tripadour et l'équipe du livre. Maraini voit pour la première fois un certain nombre de points dans la poésie de Reza. C'est elle qui met le point sur le poème Mots Croisés en le présentant comme la déclaration poétique de Reza. Or la publication même de ce poème fut décidée à la suite d'une longue discussion du poète avec Gérard Augustin à la Mezzanine du Beaubourg à Paris. C'est parce que Gérard insista que Reza lui a remis le pour faire parti du livre. Ce que Reza accepta. Pourquoi Reza Hiwa n'avait pas inséré ce poème dans la première monture du livre et pourquoi Gérard insistait à sa publication n'avait jamais été révélés, mais il semble que rien de tout constitue un secret sous le regard de Dacia Maraini. Elle va directement au poem et le cite en entier dans sa belle prefazione. Voici ces mots:

La simplicité de Reza Hiwa nous frappe et sa déclaration de poétique semble être entièrement contenue dans le poème: Mots Croisés, dédié à Bertold Brecht: ...

S'ensuit le poème. Le poète a répété plusieurs fois qu'il préfère parfois la version italienne des poèmes que celle d'orgine! Ce qui nous amène à ceci:

  • Merci Donatella Mendolicchio, inspiratrion de toute l'histoire et la traductrice

  • Merci Mariella Bruni, l'écrivain infatigable et la militante de la culture pour ses conseils et ses corrections

[1] Traduit de: Rêve et Châtiment

Récit

Premier recueil de Poésie du Tripadour fut un livre bilingue: Songo e Castigo [1]. Ceci tout seul démontre l'importance de l'ouverture culturelle promue par la Charte Éditoriale de la maison, ainsi que la place de l'Italie, sa culture et la communauté italienne vivant à Paris. La préface de Dacia Maraini fut un événement pour Tripadour et l'équipe du livre. Maraini voit pour la première fois un certain nombre de points dans la poésie de Reza. C'est elle qui met le point sur le poème Mots Croisés en le présentant comme la déclaration poétique de Reza. Or la publication même de ce poème fut décidée à la suite d'une longue discussion du poète avec Gérard Augustin à la Mezzanine du Beaubourg à Paris. C'est parce que Gérard insista que Reza lui a remis le pour faire parti du livre. Ce que Reza accepta. Pourquoi Reza Hiwa n'avait pas inséré ce poème dans la première monture du livre et pourquoi Gérard insistait à sa publication n'avait jamais été révélés, mais il semble que rien de tout constitue un secret sous le regard de Dacia Maraini. Elle va directement au poem et le cite en entier dans sa belle prefazione. Voici ces mots:

La simplicité de Reza Hiwa nous frappe et sa déclaration de poétique semble être entièrement contenue dans le poème: Mots Croisés, dédié à Bertold Brecht: ...

S'ensuit le poème. Le poète a répété plusieurs fois qu'il préfère parfois la version italienne des poèmes que celle d'orgine! Ce qui nous amène à ceci:

  • Merci Donatella Mendolicchio, inspiratrion de toute l'histoire et la traductrice

  • Merci Mariella Bruni, l'écrivain infatigable et la militante de la culture pour ses conseils et ses corrections

[1] Traduit de: Rêve et Châtiment

Mise en ligne à
Il y a presque 2 ans